FINALE DU CONCOURS RAP/IST/2008

Débuté le 10 Août, le concours RAP/IST/2008 a connu son épilogue le Samedi 20 Décembre à la Maison des Associations de lutte contre le Sida. Il faut rappeler que ce jeu concours qui est à sa 3ème édition est co-organisé par l’Association Jiguiya Yéléen (ADY) sur financement du PAMAC et l’Association Djiguitougou de Bobo-Dioulasso (ADB) avec le parrainage de Christine Kafando, présidente du comité de gestion de la MAS. L’édition de l’année 2008 avait pour thème : « Jeunesse de Bobo-Dioulasso, pour un avenir serein, abstient toi jusqu’ au mariage ».

 rap.jpg

Le jeu concours a comporté plusieurs catégories telles que la musique, le théâtre et la poésie. Au total 44 groupes étaient inscrits à savoir : 32 en musique, 6 en théâtre et 6 en poésie. Plusieurs manches éliminatoires ont eu lieu depuis le mois d’Août pour retenir 6 groupes en musique, 6 en poésie et 3 en théâtre. Ainsi donc les groupes suivants étaient en finale :- En musique : les groupes TADRAMAO, Killé,Barkbiga, Riposte, Tchikan Folo et CHR

- En théâtre : la troupe ASSEO, la troupe du Club Faso Dêmê et la troupe Buud Yam

- En poésie : la Sagesse, Traoré Mohamed, Sangaré Djibril, Sankara Blaise, Tandem, Oum’ Son

Les thèmes des différentes prestations ont porté sur le VIH/SIDA, les IST et la santé de la reproduction. Un jury composé de spécialistes des arts, de la santé et de l’action sociale a eu la responsabilité de départager les candidats.

La soirée qui a vu l’épilogue de cette finale a drainé du monde. En effet, environ 2000 Jeunes ont répondu à l’appel. Cette manifestation  a touché environ 4000 jeunes au cours des manches éliminatoires et de la finale.

Les résultats sont les suivants :

- En musique : 1er, le groupe Killé, 2ème le groupe CHR, 3ème le groupe Riposte.

- En théâtre : 1er, la troupe du Club Faso Dêmê, 2ème ASSEO, 3ème la troupe Buud Yam.

- En poésie : 1er Sangaré Djibril, 2ème le groupe la Sagesse, 3ème, Mohamed Traoré.

Des artistes hors compétition tels que Papa Rasta, Eldji et Cis-B et le groupe Duni Peace, ect,  ont donné une touche particulière à la soirée. Outre e jeu concours, une campagne de dépistage a également été réalisée dans la matinée, avec 182 personnes dépistées. Rendez-vous est pris pour l’édition 2009.

Equipe de rédaction

BADO Bazombié

CISSE Malick

KAMBOU Robert

Focus sur l’association Dispensaire Trottoir de Bobo-Dioulasso

Le Dispensaire Trottoir (DT) fait partie des associations qui contribuent fortement à l’amélioration des conditions de vie des enfants en situation particulièrement difficile, des orphelins et autres enfants vulnérables dans la région des Hauts Bassins. S’il est bien connu du monde communautaire et des services de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale qui lui font recours, ce n’est pas le cas pour le grand public burkinabé. C’est pour en savoir mieux que nous avons approché la première responsable du centre d’accueil de cette structure, Madame Héma Saly qui a bien voulu répondre à nos questions.

Le Journal de la MAS (J. MAS) : Bonjour madame la coordonnatrice, merci de nous recevoir chez vous. Pouvez vous nous présenter votre association ?

Madame Héma (Mme H) : Je voudrais avant tout vous remercier à mon tour pour cette occasion que vous nous offrez pour mieux faire connaître notre structure. En rappel, le Dispensaire Trottoir est né le 24 Octobre 1993 de la rencontre entre une infirmière française, madame Marie Laure FRIZON et  d’un burkinabé, monsieur Luc Marie Maïga, qui ont décidé ensemble d’apporter leur  contribution à la problématique des enfants en situation particulièrement difficile en situation particulièrement difficile. C’est ainsi que pendant un an ils ont offert des soins infirmiers à ces enfants dans la rue. Ces soins qui étaient offerts trois fois par semaine au départ, sont devenus quotidiens à partir de 1994 avec en plus des conseils sur les méfaits de l’usage des stupéfiants, du tabac et de l’alcool, choses qui sont très fréquentes dans ce milieu. En 1995, ils ont aménagé un local où ils recevaient ces enfants tous les jours pour un meilleur suivi des soins offerts.

dt3.jpg

Mme Héma Saly, coodonnatrice du Dispensaire Trottoir

J. MAS: quels sont les objectifs poursuivis par le DT ?

Mme H : L’objectif général est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des orphelins et enfants vulnérables et aux personnes infectées par le VIH/SIDA, de les aider à s’insérer dans la société à travers des activités de soins, de récupération, de formation, d’éducation, d’appui et de conseils. De façon spécifique il s’agit :

-D’assister les familles, les orphelins et enfants vulnérables (OEV) ;

-D’assurer des soins de santé aux OEV et aux personnes infectées et affectées par le VIH/SIDA ;

-D’assurer un prise en charge psychosociale des personnes vivant avec le VIH/SIDA ;

-D’aider à l’éducation et à la formation socio-professionnelle des OEV ;

-D’offrir un cadre de soins, d’écoute, de conseils et d’assistance aux enfants et jeunes en difficultés.

J. MAS: Quels sont les services offerts par l’association aux enfants ?

Mme H: Pour atteindre nos objectifs, plusieurs services sont offerts. Les tous premiers sont comme je l’ai dit plus haut les soins de santé. Peu à peu les activités se sont diversifiées avec l’intégration des volets formation professionnelles, alphabétisation fonctionnelle, éducation préscolaire, lutte contre le VIH/SIDA, prise en charge des orphelins et enfants vulnérables etc. Pour être plus précis nous avons :

-Au niveau de la formation professionnelle : l’apprentissage de la couture, de la menuisière, de la teinture et de la pyrogravure. Nous disposons d’ateliers pour tous ces corps de métiers.

-Au niveau de l’alphabétisation : les enfants d’un certain age reçoivent une alphabétisation jusqu’à un niveau leur permettant de suivre une formation professionnelle de leur choix.

-La lutte contre le VIH à travers les activités de prévention à l’endroit de notre public cible et la prise en charge communautaire des personnes vivant avec le VIH/SIDA.

-Au niveau de la prise en charge des orphelins et autres enfants vulnérables, le paquet d’activités suivant leur est offert : la fourniture de lait aux bébés qui ont perdu leurs mères ou qui sont nés de mères séropositives, la prise en charge des divers soins liés à leur état, l’éducation préscolaire avec toutes les sections (petite, moyenne et grande), la prise en charge de leur scolarisation à travers le parrainage. A ce jour 623 sont parrainés.

A ceux-ci s’ajoutent : un dispensaire ouvert à toute personne nécessiteuse, des activités génératrices de revenus (élevage et agriculture) qui nous permettent tant soit d’être un peu plus autonomes, un centre d’hébergement qui héberge pendant un certain temps les orphelins et enfants vulnérables qui ont été abandonnés ou ayant des problèmes d’hébergement dus à leur situation une cantine où un déjeuné est servi à tous nos bénéficiaires. Ceux qui sont hébergés bénéficient également du dîner et une grande bibliothèque pour les enfants de la maternelle à la terminale, ouverte au grand public.

dt2.jpg

L’atelier de couture du Dispensaire Trottoir

J. MAS: comment se fait l’admission des enfants dans votre centre ?

Mme H: Le recrutement des enfants se fait principalement par trois voies : Certains enfants nous sont adressés par des associations sœurs, surtout les associations de prise en charge des PvVIH; d’autres nous sont envoyés par les services de l’action sociale basés dans les trois arrondissements de la commune, enfin certains enfants viennent d’eux-mêmes ou sont conduits par leurs parents ou tuteurs. Dans ce cas précis nous menons des enquêtes de terrains pour nous assurer qu’il s’agit réellement d’enfants orphelins ou vulnérables

J. MAS: Combien de bénéficiaires comptez vous à ce jour ?

Mme H: Au total 985 personnes bénéficient directement des services de l’ADTB et se répartissent comme suit : 87 en formation professionnelle, 623 enfants parrainés du CP1 à la terminale, 99 dans les trois sections maternelles, 40 en alphabétisation, 82 bébés qui bénéficient du lait, 22 qui reçoivent un soutien nutritionnel, 32 internés et 234 PvVIH (60 enfants, 26 jeunes et 148 adultes) dont 83 sous ARV.

J. MAS: parlez nous à présent du personnel du Dispensaire Trottoir

Mme H: Le DT est administré par un bureau exécutif de 4 personnes : un président, un secrétaire général, un trésorier et une coordonnatrice. L’équipe technique se compose de 15 salariés et 10 bénévoles. D’autre part des amis nous apportent très souvent leurs expertises et leur soutien dans l’encadrement des enfants.

dt1.jpg

La petite section de la maternelle

J. MAS: une telle œuvre ne peut se réaliser sans difficultés, pouvez vous nous citer quelques unes ?

Mme H: c’est évident que nous en connaissons beaucoup mais nous nous ne baiserons pas pour autant les bras. L’argent étant le nerf de la guerre, nos principales difficultés sont d’ordre financières, étant donné la forte demande que nous recevons. L’insuffisance des financements fait que nous avons actuellement arrêté de recruter de nouveaux enfants.

D’autre part nous avons des difficultés d’installation des enfants que nous formons. Les principaux partenaires qui nous aidaient dans ce domaine ne sont plus là. Il s’agit du projet Réduction de la Pauvreté chez les Jeunes (REPAJ) et de l’Aide à l’Enfance Canada (AEC). Les formations sont financées actuellement sur fonds propres.

J. MAS: vos perspectives pour les années à venir.

Mme H: c’est essentiellement le renforcement des acquis dans le domaine de la prise en charge des OEV, de la santé, la nutrition, l’éducation et la formation professionnelle pour un travail de qualité.

Pour cela il nous faudra développer et renforcer les activités génératrice de revenue pour une autonomisation, voire une pérennisation des activités entreprises.

J. MAS: votre dernier mot madame.

Mme H: Je ne saurai terminer sans remercier tous ceux et toutes celles grâce à qui le DT a vu jour et continue de fonctionner. Je veux citer : le Programme d’Appui au Monde Associatif et Communautaire (PAMAC), Ensemble pour une Thérapie Hospitalière en Réseau (ESTHER), le projet Réduire la Pauvreté chez les Jeunes (REPAJ),  Partage, l’Ordre de Malte, les Amis de Sœur Emmanuelle et tous ceux dont les noms n’ont pu être cités.

 

NB : Pour tout besoin, contact : 01 BP 2190 Bobo-Dioulasso 01, Tel : 226 20 97 04 14 / 20 97 34 42, Email : adtb@fasonet.bf

Site Web: http://membres.lycos.fr/dispensairetrottoir

 

Equipe de rédaction

BADO Bazombié

CISSE Malick

KAMBOU Robert

Cadre de concertation du 4ème trimestre 2008 de la MAS

Le dernier cadre de concertation de l’année 2008 de la MAS s’est tenu le Samedi 10 Janvier 2009 sous la présidence de Monsieur Ouédraogo Issouf., Préfet de Bobo-Dioulasso, représentant le  Haut Commissaire de la province du Houet.

Cette rencontre qui se veut  une rencontre bilan de l’année 2008 a eu pour cadre la salle de réunion de la Maison des Associations de lutte contre le Sida de Bobo-Dioulasso. Les représentants d’une cinquantaine d’associations membres ont répondu à l’appel du comité de gestion. Au nombre des partenaires présents on peut citer la Direction Régionale de la Santé des Hauts Bassins, les Districts Sanitaires de Do, Dafra, Dandé, Léna, Karankasso Vigué, et l’antenne régionale du SP/CNLS. Les échanges ont porté essentiellement sur les bilans des activités de l’année 2008.

Trois présentations ont constitué le clou de la rencontre :

-Bilan des activités de prévention fait par la chargée du programme prévention, Madame Ouédraogo Abi ;

-Bilan des activités de prise en charge fait par l’animateur réseau, Monsieur Bado Bazombié ;

-Bilan des activités de coordination fait par la chargée des programme de la MAS, Madame Sanou Mariam.

prsidiumrencontre.jpg

On retiendra au titre des activités de prévention qu’environ 100 000 personnes ont été touchées par les causeries, ciné-débats et  conférences réalisées par 40 associations membres de la MAS, tout partenaire confondu.

Au titre des activités de prise en charge communautaires, 6098 PvVIH dont 1894 sous ARV ont été suivies par 15 associations dans la région des Hauts Bassins.

Entre autres services offerts aux bénéficiaires on  peut citer: 7170 VAD, 945 VAH, 194 ateliers culinaires, 128 sessions de distribution de vivres, 144 groupes de parole, 91 clubs d’observance etc.

Au niveau de la coordination, les activités suivantes ont été réalisées : 32 réunions du comité de gestion, 4 rencontres de concertation dont 2 financées par le PAMAC et 2 par Sidaction, 4 formations dont 3 en IEC/CCC et une en rédaction de rapport, 152 supervisions,  79 sorties de suivi, 20 000 préservatifs et 1 500 dépliants de sensibilisation sur le VIH distribués, 4 éditions du bulletin de la MAS, 4 émissions radiophoniques, la commémoration de la journée mondiale de lutte contre le Sida avec une grande marche, une mission de plaidoyer à Ouagadougou qui a permis de rencontrer 10 bailleurs avec à la clé 2 propositions de financement de projets.

Après ces différentes présentations, les partenaires présents ont prodigué des conseils aux associations et au comité de gestion pour plus d’efficacité dans les actions. Ils ont réaffirmé leur disponibilité à accompagner le monde communautaire.

participantsrencontre4etrim08.jpg

Equipe de rédaction:

Bado Bazombié

Cissé Malick

Kambou Robert

La Journée Mondiale de lutte contre le SIDA (JMS)

Slogan de la JMS pour l’année 2008 :  « STOP SIDA : LEADERS, TENEZ VOS PROMESSES!« 

Le premier décembre de chaque année, des centaines de milliers de personnes se rassemblent pour commémorer la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. Aux quatre coins de la planète, des événements d’envergure sont organisés afin de rappeler à la population et aux autorités que le SIDA tue toujours. La MAS (Maison des associations de lutte contre le Sida) et le RALIS HB (Réseau des Associations de Lutte contre les IST VIH/SIDA) de Bobo-Dioulasso, unissent leurs forces  pour prendre part à ce mouvement mondial et organisent toute une semaine d’activités laquelle se clôturera par une Marche grandiose la journée même du premier décembre. Du 25 novembre au 1er décembre 2008, des représentations de théâtre forum, des conférences, des repas communautaires, une exposition des associations de même qu’une campagne de dépistage et de don de sang figurent parmi les autres activités prévues au programme. En plus de la grande Marche, une soirée gala et un grand concert d’Alfa Blondie feront également partie des moments forts de cette programmation.
 

Pour le programme détaillé de la MAS et du RALIS-HB, consultez notre site web : http://www.everyoneweb.fr/masbobo/
 

LES ACTIVITÉS PRÉVUES À LA MAS :

Du 25 au 27 novembre :  Campagne de dépistage volontaire et gratuit
29 et 30 novembre : Collecte de sang
Le 1er décembre :  Après la MARCHE, Exposition des associations membres de la MAS, repas communautaire, animation, théâtre, contes et concert de musique en soirée.
 

LA MARCHE DE LA JMS :

Venez en grand nombre marcher pour la lutte contre le SIDA. Cette marche symbolique et solidaire a mobilisé près de 10000 personnes l’an dernier. Parrainé par Monsieur le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, cette Marche représente l’événement de sensibilisation du grand public le plus important de l’année.  Apportez vos banderoles et votre énergie, et…MARCHEZ au son de la fanfare!

Date : Lundi le 1er décembre 2008
Point de rencontre : Place Tiefo Amoro
Heure de rencontre :  7h30
Itinéraire : De la place Tiefo Amoro au Gouvernorat
Déroulement : Après la Marche, une cérémonie se tiendra au Gouvernera où un mémorandum sera exposé par les autorités régionales. C’est également à ce moment que nous remettrons le Patch Work aux autorités.
 

LE « PATCH WORK » :

Le « patch work » prendra la forme d’une grande banderole blanche sur laquelle les personnes ayant connu le décès d’un proche à cause du SIDA seront invitées à poser leur empreinte digitale. Au plan visuel, le Patch work sera la démonstration de l’ampleur des dégâts causés par le SIDA.
 

MERCI À NOS PARTENAIRES :

SIDACTION

Le SP/CNLS

LE PAMAC

UNITERRA

ACCEDES

LES COMITÉS D’ENTREPRISES DE LUTTE CONTRE LE SIDA

LE LÉO CLUB
 

Merci aussi aux associations membres de la MAS qui se sont impliqués dans l’organisation de cet important événement.
 

Rédaction :
L’Équipe de la commission presse
Comité d’organisation des activités de la JMS

Visite de la Directrice des programmes internationaux de Sidaction à la MAS

Article paru dans le journal de la MAS, édition du 3ième trimestre 2008

Le 1er Septembre 2008, la MAS a été honorée par la visite de la Directrice des programmes internationaux de Sidaction. Cette visite qui entre dans le cadre d’une tournée de prise de contact de la toute nouvelle directrice des programmes internationaux a permis à Madame Claire MAGONE de découvrir de visu la MAS que sa structure soutien depuis bientôt 3 ans.

Les associations impliquées dans la mise en œuvre du projet Sidaction / Mairie de Paris ont saisi l’opportunité pour faire des doléances en vue d’une reconduction du projet qui devrait prendre fin en 2008, doléances qui ont reçu un écho favorable.

Madame Claire MAGONE a encouragé les associations à persévérer dans la lutte et surtout à innover en matière  de stratégie de prévention.
 

L’Équipe de Rédaction :
M. Bazombié BADO,  M. Robert KAMBOU, M. Malick CISSE, M. Yaya D. TAMBOURA

Focus sur l’association Sidakataa (entrevue)

Article paru dans le journal de la MAS, édition du 3ième trimestre 2008

Dans le paysage des associations de lutte contre le VIH/SIDA de la région des Hauts Bassins figure une dont le nom dépasse les frontières du pays, voire du continent. Cette association qui fait la fierté de notre pays se trouve parmi les plus anciennes et les plus dynamiques. SIDA KA TAA, puisque c’est d’elle que nous parlons se distingue par son approche assez originale de sensibilisation. En effet, nul n’ignore la place qu’occupe la musique dans la culture africaine. Toujours présente aussi bien dans les événements heureux que malheureux la musique coule dans les veines de tout africain et passe pour être un puissant vecteur de communication. SIDA KA TAA a choisi d’informer et sensibiliser les populations à travers cet outil. C’est pour en savoir plus sur cette association que nous avons approché son président, monsieur Anselme Sanou.

sidakata.jpg 

(Mr Anselme SANOU, Président de SIDA KA TAA )
  

   

Le Journal de la MAS (J. MAS) : Monsieur SANOU, pouvez vous nous présenter brièvement votre structure ?
 

Anselme SANOU (AS) : Permettez moi tout d’abord de vous remercier pour cette occasion que vous m’offrez afin de présenter une fois de plus notre association. SIDA KA TAA qui signifie en langue Dioula « Que le Sida s’en aille » est une association de prévention. Le projet est  née de la rencontre entre le Docteur Robert Cazal Gamelsy, médecin et Alexandre Dayo, musicien Bobolais, qui ont eu l’idée de joindre la science et l’art (à travers un concours de musique) pour lutter contre le VIH. C’est ainsi que la 1ère édition du concours de musique Sida Ka Taa a été organisée en 2000 par le groupe Wountey et la Coordination des Associations de lutte Contre le Sida (CALSI). L’association a été créée en 2001 pour pérenniser le projet SIDA KA TAA. Le principal but de l’association est d’informer les populations, en particulier les jeunes sur le VIH/SIDA et les IST, et de contribuer ainsi à prévenir ces infections. Nous avons choisi la musique comme principal support de notre message parce que la musique est un facteur de rassemblement et de communication permettant de toucher un large public.
 

J.MAS : Quelles sont les activités que vous menées ?
 

AS : Elles sont très variées et vise pour la plupart  à créer des supports d’information et de sensibilisation. Nous pouvons citer : 1) la réalisation de concours de musique : à ce jour SIDA KA TAA a réalisé 3 concours qui ont permis l’éclosion ou la révélation de nombreux talents entre autres Big Désal, Arias, Tonton Cool, Africa Fantastica et bien d’autres. 2) La sensibilisation avec les outils que nous créons (théâtre forum, conte interactif, musique interactive, ciné-débat). 3) La gestion d’une ligne verte. 4) La gestion d’une boutique d’information sur le VIH/SIDA au profit des routiers et voyageurs.
 

J.MAS : Parlant d’outils de sensibilisation, pouvez vous citer quelques uns ?
 

AS : À nos jours SIDA KA TAA met à la disposition des acteurs de lutte contre le VIH trois albums de 33 chansons, deux films « Donidoni Ban Bèla » (nous avons tous un peu de responsabilité) coréalisé avec CINOMAD et « Sida Ti Dambé Ban » (le Sida ne nous enlève pas notre dignité). Nous disposons de cinq pièces théâtrales adaptées par la troupe Sida Ka Taa qui vient d’être créée courant 2007. D’autre part, nous réalisons des contes au profit des tout petits dont les recueils sont disponibles dans notre boutique de sensibilisation sise à la gare routière de Bobo-Dioulasso et au siège de l’association.
 

J.MAS : Comment contacter SIDA KA TAA ?
 

AS : Le siège de SIDA KA TAA est situé au secteur N°8 de Bobo, juste derrière le commissariat de police de l’arrondissement de Do.  Notre contact est BP. 533, Tel : 20 97 37 37 ou 20 97 74 75, Email : sidakataa@yahoo.fr, Site web : www.sidakataa.org.
 

J.MAS : Votre dernier mot
 

AS : Je tiens surtout à remercier tous ceux qui ont soutenu ou  soutiennent SIDA KA TAA dans ses activités, en particulier l’ONG « Pain Pour Le Monde (PPLM) », le Conseil National de Lutte contre le Sida et les IST (CNLS) et bien entendu la MAS.

 

L’Équipe de Rédaction :
M. Bazombié BADO,  M. Robert KAMBOU, M. Malick CISSE, M. Yaya D. TAMBOURA

Cadre de concertation de la MAS (2ème trimestre 2008)

Article paru dans le journal de la MAS, édition du 3ième trimestre 2008.

Prévue pour se tenir en fin Juin, c’est finalement le 9 Août 2008 qu’a eu lieu la rencontre de concertation du 2ème trimestre de la Maison des associations de lutte contre le Sida de Bobo-Dioulasso (MAS). Elle a connu la participation des plus hautes autorités de la Région de hauts bassins.

Placée sous le signe du renforcement de la collaboration entre les services publics de santé et les organisations à base communautaires dans la lutte contre le VIH/SIDA, la rencontre de concertation du 2ème trimestre de l’année 2008 de la MAS a effectivement eu lieu le Samedi 9 Août dans la salle de réunion de la MAS.

En rappel, la rencontre de concertation est l’un des mécanismes et la principale stratégie que la MAS a mis en œuvre pour susciter et encourager la collaboration et le partage d’expérience entre les associations membres d’une part et avec leurs partenaires techniques et financiers d’autres part.

Septième du genre depuis 2006, la présente rencontre a été présidée par le conseiller technique représentant le Gouverneur de la Région de Hauts Bassins.

concertation1.jpg

Monsieur le Conseiller Technique du Gouverneur  prononçant son mot d’ouverture

Du coté des partenaires,  on a noté la présence de l’antenne régionale du Secrétariat du Conseil National de Lutte contre le Sida et les IST, la Direction Régionale de la Santé des Hauts bassins, le Comité Provincial de Lutte contre le Sida du Houet, les Districts sanitaires de Do, Dafra, Léna et Karankasso Vigué.

Les associations comme à l’accoutumée n’ont pas marchandé leur participation. Elles ont été massivement représentées. On comptait en effet 60 représentants.

Le représentant du Gouverneur, dans son mot d’ouverture a rappelé la nécessité d’une approche multi sectorielle  et multi dimensionnelle dans la lutte contre cette pandémie; car dit il,  malgré les progrès incontestables enregistrés dans la connaissance et la maîtrise de cette maladie, force est de reconnaître que beaucoup reste à faire en vue d’une part, de consolider les acquis, et d’autres part, d’appuyer le Gouvernement dans sa volonté affichée de rechercher les mécanismes les mieux appropriés en vue de trouver une réponse nationale à cette préoccupante question de façon efficace et durable. Il a félicité la MAS pour avoir eu l’initiative d’organiser pareille rencontre.

Quatre communications ont constitué le clou de la rencontre à savoir :

1) Présentation des objectifs par le conseiller technique de la MAS, le Dr Traoré Germain. En résumé, les rencontres de concertations poursuivent les objectifs suivants : Renforcer la concertation et la collaboration entre d’une part les associations membres et d’autre part entre elles et les autorités administratives ainsi que les partenaires techniques et financiers. Echanger les informations sur les expériences réussies et rechercher des solutions aux difficultés et échecs. Connaître des domaines de collaboration potentielle entre associations et les partenaires.

2) Le bilan des activités de prévention fait par la chargée du programme prévention. Il ressort de ce bilan que environ 16 000 personnes ont été sensibilisées sur le VIH / Sida au cours du premier semestre.

3) Le bilan des activités de prise en charge communautaire. D’après ce bilan, la région des Hauts Bassins comptait au cours du 1er semestre 2008, 25 832 PVVIH (Personnes Vivant avec le VIH) et 18 655 Orphelins et enfants vulnérables (OEV) suivis par 15 associations de prise en charge communautaires. Sur 7091 PVVIH sous ARV (Antirétroviraux) suivis par les associations, 6459 ont bénéficié d’activités de prise en charge communautaire.

4) Le bilan des activités de coordination a été fait par la Chargée des programmes de la MAS.  En terme d’activités de coordination, le COGES a tenue 18 réunions sur 6 prévues, réalisé un atelier de sélection de plans d’action, formé 82 personnes en IEC (Information Éducation Communication) et 50 en rédaction de rapports. L’atelier de sélection des plans d’action a été tenu, mais l’assemblée générale n’a pas pu être réalisée. Deux émissions radiophoniques ont été réalisés et un bulletin de la MAS édité. Toutes les sorties de supervision aussi bien en ville qu’en milieu rural ont été réalisées. Les principales difficultés portent sur le manque de logistique roulante pour les supervisions, l’insuffisance des ressources financières et le retard dans le rendu des rapports d’activités pour certaines associations.

Au plan financier, il est ressorti que les principaux partenaires actuels de la Mas sont SIDACTION, PAMAC et UNITERA pour un montant total de 44 782 534 de Frs CFA. Les fonds propres de la MAS y compris les AGR s’élèvent à un montant de 1 011 750 Frs CFA.

concertation2.jpg

Vue des participants

Après cette série de présentation, les partenaires techniques que sont les l’antenne régionale du SP/CNLS, les Districts Sanitaires et le CPLS DU Houet ont tour à tour reconnu le mérite de la MAS qui leur permet de façon régulière d’échanger avec le monde communautaire sur les stratégies les meilleures pour une meilleure information des populations.

La dernière intervention de la rencontre a été celle de la présidente régionale de la Coalition des Réseaux et Associations Burkinabé de lutte contre le sida et la promotion de la santé (CORAB). En résumé, nous retiendrons que la CORAB se donne pour mission d’accompagner le Gouvernement et ses partenaires au développement, et d’être une interface entre ceux-ci et les structures communautaires non confessionnelles et religieuses pour l’accès universel à la prévention, aux soins et traitements et à tous autres services en matière de lutte contre le VIH / SIDA et pour la promotion de la santé. Elle est née le 13 Décembre 2007 à Ouahigouya. Elle se compose de 13 bureaux régionaux de 3 membres chacun et d’un bureau Exécutif National de trois personnes qui sont :  La Présidente : Mme Martine SOMDA de REVS+ ; Le 1er  vice président : Mr  Bagnomboé BATIONO de RAJS et le 2ème vice président : Mr Emmanuel Kaboré de SOS SIDA.  Le Bureau régional  des hauts bassins est composé de : La Présidente : Mme Madina TRAORE d’APRODEC; Le 1er  vice président : Mr  Rasmané OUEDRAOGO du centre SAS et la 2ème vice présidente : Mme Mariam SANOU de la MAS.

Pour terminer, Madame Traoré a invité les associations des Hauts Bassins à rejoindre la nouvelle structure pour une meilleure harmonisation des actions et pour une bonne représentativité auprès des pouvoirs publics.

L’Équipe de Rédaction :
M. Bazombié BADO,  M. Robert KAMBOU, M. Malick CISSE, M. Yaya D. TAMBOURA

Visite du docteur Lamine SAKO, coordonnateur ONU/SIDA au Burkina Faso à la MAS

Article paru dans le journal de la MAS, édition du 1ier trimestre 2008

Le lundi 3 Mars 2008, la MAS a été honorée par la visite du Docteur Lamine SAKO, Coordonnateur de l’ONU / SIDA au Burkina. Cette visite qui entre dans le cadre de la prise de contact avec les Organisations à Base Communautaires (OBC) de la région des Hauts Bassins a permis au Coordonnateur de se rendre compte des réalités que vivent les associations dans les Hauts Bassins. A l’issue des échanges avec le Comité de Gestion, il s’est dit satisfait de découvrir la MAS dont il a tant entendu parler. Dans son intervention, le Docteur SAKO a réaffirmé sa disponibilité à accompagner les OBC dans leur combat pour le bien être des PVVIH et pour la réduction de la prévalence du VIH.

Après avoir entendu le Coordonnateur de l’ONU/SIDA, le Comité de Gestion à son tour a traduit toute sa satisfaction de recevoir la visite d’une personnalité de telle envergure. Il a ensuite présenté la MAS (ses objectifs, ses activités et perspectives.) Il a insisté sur les difficultés que connaissent les associations, difficultés liées surtout à la rareté et à l’insuffisance des financements.

Prenant acte des doléances du comité de gestion et des associations présentes, le Docteur SAKO promet faire tout ce qui est à son pouvoir pour faire connaître la MAS et ses associations membres aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Il a suggéré à la MAS de lui faire parvenir dans un bref délais une requête pour le renforcement des capacités des intervenants des associations membres, chose qui a été très bien accueillie par le Comité de Gestion.

 Auteur : Bado Bazombié

Équipe de rédaction : Bado BAZOMBIE, Robert KAMBOU, Malick CISSE, Yada D TAMBOURA

Remise de matériel d’animation à quelques associations membres de la MAS

Article paru dans le journal de la MAS, édition du 1ier trimestre 2008

 Dans le cadre du projet BAD, la MAS a bénéficié d’un lot de matériel composé de 4 téléviseurs, 4 lecteurs DVD/VCD/VHS, 4 groupes électrogènes, des kits d’animation et des fournitures de bureau. Ce matériel a été remis aux associations retenues pour la mise en œuvre dudit projet le 26 Janvier 2008 au cours de la cérémonie de présentation de vœux du nouvel an de la MAS.

 

remisemateriel.jpg 

En rappel, le projet BAD conduit par le PAMAC a vu jour en 2006 et avait pour objectif d’intensifier les activités de prévention dans les zones frontalières et les axes routiers, ainsi qu’un appui scolaire à 40 OEV des zones sélectionnées. Dans les Hauts Bassins, 10 associations du Tuy et 10 du Kénédougou avaient été retenues pour la mise en œuvre des activités. Malheureusement, seul le volet appui scolaire aux OEV a pu démarré. Les autres activités sont restées sans suite. Le matériel a donc été remis aux associations concernées qui devraient s’organiser pour son utilisation commune. Ainsi donc le Club Jeunesse Solidarité (CJS) de Orodara a reçu le matériel destiné aux associations du Kénédougou et l’Association de lutte Contre le Sida (ASCOSI) de Houndé celui destiné aux associations du Tuy. Nous leur souhaitons bon usage.

Auteur : Bado Bazombié

Équipe de rédaction : Bado BAZOMBIE, Robert KAMBOU, Malick CISSE, Yada D TAMBOURA
 

Focus sur l’association Espoir et Vie (EV)

Article paru dans le journal de la MAS, édition du 1ier trimestre 2008

(BP: 2404 Bobo-Dioulasso Tél: 20 98 1449 Email: ass_espoiretvie@yahoo.fr)

Située dans l’enceinte de l’ancienne SMI de Koko, Espoir et Vie (EV) fait partie des 12  associations de prise en charge communautaire de la ville de Bobo-Dioulasso. Nous vous  proposons de découvrir cette association qui se bat depuis 1997 pour l’épanouissement des personnes infectées et/ou affectées par le VIH / SIDA. Pour la circonstance, nous avons rencontré la première responsable, Madame Colette Koala.

colettekoala.jpg

Mme. Colette Koala, Président de Espoir et Vie

 

Répondant à nos questions, Madame Colette Koala nous a présenté son association en ces termes : « EV fait partie des toutes premières associations de prise en charge communautaire des personnes vivant avec le VIH de la région des Hauts Bassins. Elle a vu jour en 1996 et reconnue officiellement le 19 Juin 1997. Essentiellement constituée de personnes vivant avec le VIH, elle compte à ce jour 584 membres bénéficiaires régulièrement inscrits, soit 423 femmes et 161 hommes et plus de 1500 bénéficiaires ponctuels. Elle a une file active de 442 personnes dont 219 sont sous traitements ARV. D’autre part, 363 Orphelins et autres enfants vulnérables bénéficient régulièrement du soutien de l’association.

Notre objectif général est de Contribuer à l’amélioration de la prise en charge et des conditions de vie des PVVIH. De façon spécifique nous visons entre autres les objectifs suivants :

- Offrir un cadre de soutien moral et psychologique pour toute personne infectée par le VIH/SIDA.
- Être un cadre pour la mise en valeur et l’affirmation des droits des personnes affectées/infectées par le VIH/SIDA.
- Soutenir et prendre toute initiative allant dans le sens de l’amélioration de la situation psychologique, sociale, médicale des personnes infectées par le VIH/SIDA au BURKINA FASO.
- Assurer le conseil et le dépistage volontaire à toute personne se présentant à Espoir et Vie ».

A l’instar des autres associations de prise en charge, les activités menées au sein de EV sont parmi tant d’autres le soutien psychologique, le soutien alimentaire, le suivi médical, le conseil dépistage, la prévention de proximité etc.

A titre d’exemple, de 2003 à 2006 le bilan des activités de l’association se présente comme suit :

- Soutien en médicaments (plus de 1500 bénéficiaires)
- Soutien alimentaire (395 PVVIH réguliers)
- Soutien aux OEV aux plans scolaires, alimentaires, vestimentaires et juridiques (353)
- 204 séances en Information, Éducation et Communication
- 45 rencontres de Plaidoyer
- 156 Groupe de paroles
- 3125 VAD/VAH
- 72 séances de club d’observance
- 181 séances d’activités d’éveil des enfants
- 45 AGR
- Formation professionnelle pour 27 OEV
- 1565 soutien pour les examens biologiques

 

Auteur : Robert KAMBOU
Équipe de rédaction : Bado BAZOMBIE, Robert KAMBOU, Malick CISSE, Yada D TAMBOURA

123



Association Saint James de ... |
Association El Anouar |
AUTOUR DU CENTRE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | countrylover
| choraleharmoniebg
| FCPE EGLY